Le deuxième texte avait proposé diverses contributions sur Wikisource pour le Printemps des Poètes 2018, qui avait lieu du 3 au 19 mars.

La transcription des Chefs-d’œuvre poétiques des dames françaises réunis par Philippe Busoni et publiés en 1841 a bien avancé : l’ensemble des poèmes du treizième au dix-septième siècle dans le recueil ont été relus et corrigés, et sont désormais disponibles.

Gournay
Marie de Gournay
La Vigne
Anne de La Vigne
Deshoulieres
Antoinette Des Houlières
Scudéry
Madeleine de Scudéry
Élisabeth-Sophie Chéron
Élisabeth-Sophie Chéron
Marie-Catherine Villedieu
Marie-Catherine de Villedieu

Attention toutefois dans le cas d’une utilisation en classe : les textes en ancien français mériteraient d’être modernisés pour être plus compréhensibles. De plus, certains choix éditoriaux, comme la non-dissimilation des lettres « u » et « v » pour les poèmes de Louise Labé (par exemple dans les mots « auoir », « braue » et « enuie » sur cette page), diffèrent de ceux faits dans des éditions plus modernes.

Philippe Busoni se permet également quelques commentaires douteux à propos de plusieurs poétesses dans ses paragraphes introductifs. Sur Marie de Romieu : « Comme il faut de la variété dans un recueil, et que tels ouvrages, quoique mauvais, peuvent avoir un côté plaisant, nous donnerons un extrait de l’Apologie des femmes, un sonnet qui nous a paru passable et une élégie précieuse pour le temps, à cause de la peinture de mœurs qu’elle renferme et du tour facile des vers qui, malgré leur négligence, ont de la grâce et de la naïveté« . Sur Madeleine et Catherine Des Roches : « Les dames des Roches ont fait ensemble une traduction de Claudien, où il se trouve d’assez bons vers et qui fut estimée dans son temps« . À propos d’Antoinette Des Houlières : « Elle composa deux tragédies (Genseric et Jule-Antoine), qu’elle eut le bon esprit de ne pas risquer sur le théâtre« . Sur Louise-Françoise de Rabutin, comtesse de Dalet : « Il reste peu de poésies de cette dame, qui, comme on le verra par les vers suivants, n’était pas très-forte dans ce genre de composition« . Sur Catherine Durand : « Elle a publié quelques romans, de petites comédies en prose et des vers français dont le mérite est encore au-dessous de l’ode suivante. »

Une trentaine de pages ont également été ajoutées aux traductions de Sapho par Renée Vivien, et le poème « La Rose à Charite » de Catherine Des Roches a également été ajouté au recueil Les Œuvres de Mesdames Des Roches.

Enfin, un travail préparatoire a été fait sur le deuxième tome des Poésies de Marie de France, qui contient ses fables. Il s’agissait de proposer un formatage de la première fable qui ressemble à la mise en page originale de cette édition, notamment en ce qui concerne les notes et variantes, et de commencer le sommaire des fables. Cette opération s’est avérée plus compliquée que prévu en raison de défauts dans la numérotation des pages, qui doit encore être corrigée. Nous ne manquerons pas de vous informer de l’avancée de la transcription de cet ouvrage !

Les illustrations de ce billet proviennent d’un travail en cours de réalisation par des étudiants en deuxième année de DUT informatique à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée : les images sont récupérées automatiquement sur WikiCommons (Marie de Gournay, Anne de La Vigne, Antoinette Des Houlières, Madeleine de Scudéry, Élisabeth-Sophie Chéron, Marie-Catherine de Villedieu) grâce à des requêtes SPARQL envoyées sur WikiData, puis un recadrage automatique est fait à l’aide de l’outil FaceNet.